Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La foi du non croyant

    La foi, l’espérance et la Charité des non chrétiens ou  la sainteté du paien..

    Il y a  une sainteté païenne que  l’on peut voir si nos yeux sont lavés et purifiés comme ceux de l’aveugle né de l’évangile  à la piscine de Siloe.Pour voir  cette sainteté, il nous faut dit Leclec " entrer dehors"selon cet oxymore incitatif.

    Un jeune ménage qui galère pour trouver un appartement et va d’hôtels en hôtels  et même parfois   se trouve à la rue , accueille  un frère   au lourd passé  ,poursuivi par des créanciers menaçants  et trainant quelques casseroles .  Voila une  charité de non chrétiens  à l’image   de celle  du samaritain de l’évangile.

    Il  fête l’anniversaire de ses 20 ans  à la rue. Bientôt c’est la naissance  de son enfant. Il garde l’espoir  de s’en sortir  avant la naissance. Ils font des projets et discutent alors qu’ils n’ont pas le moindre sous, de  l’achat d’une poussette  neuve  pour le futur bébé. Voila une espérance indéracinable  qui étonnerait   Dieu lui-même  aurait dit Péguy                                                             C’est l’espérance de la cananéenne   qui  va détourner Jésus de sa route  pour  qu’il accueille  sa demande  insistante  et  par là  ouvre  le champ   de sa mission au delà des brebis perdues d’Israël. Serait ce  déjà « l’inversion missionnaire »,une conversion vers l’autre  dont nous parle  Jacques Leclerc du Sablon (1)

    Reste la foi .On ne peut  dire croyant  celui qui dit ne pas croire, bien sur, mais  La crédibilité de la foi repose sur la perception que celui ou celle qui ne connait pas Jésus  a de l’intériorité de la vie de celui ou celle qui s’en  dit le disciple ou l’apôtre….La mission demande des êtres de dons et non de conquêtes. Porter le Christ  sans le brandir comme une bannière …aimer les lointains en quêtant  discrètement leur amour.(1)

    C’est la foi du centurion, la foi de la samaritaine, la foi de Jaire  ou de cette femme anonyme qui touche  la frange du manteau de Jésus. Foi des retournements.

    Voici donc   mis en exergue, la sainteté  des non -chrétiens  voir des  païens   :  la Foi, l’ espérance et  la charité. Faut il leur proposer le baptême ? Oui sans doute  mais sans pression et encore moins sans contrainte.

     

     

     

     

     

     

    (1) Vivre « à la Jésus »  chez Karthala. Jacque Leclerc du Sablon.