Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poésie

  • mumia

    Têtus comme le soleil

    Il s’entête depuis des millénaires  à se lever sur  tous les matins du monde

    Il s’entête  depuis 20 ans  à réclamer justice.

    En gare de  Lille , elle a embarqué ses 4 gosses  pour Montpellier et l’a laissé seul sur le quai   à attendre   le train de Dunkerque. Il montait vers l’extrême nord, elle descendit  avec les gosses vers le Sud. Ils ne se sont revus  qu’au tribunal.

    Il a gagné son procès  et obtenu le divorce , mais  malgré  «  le rapt illégal  des enfants » ,  malgré les rapports  alarmants  de l’aide à l’enfance  sur  le peu de sérieux  du beau père ,malgré  les  nombreux certificats   montrant  le soin qu’il apportait à l’  éducation  de ses enfants quand il en avait la charge , c’est   sa femme  en appel  qui a obtenu la garde des enfants et ce  par une juridiction  française vaguement teintée  sinon de xénophobie , du moins  de méfiance  vis-à-vis  du machisme  imaginé  des  méditerranéens  . Elle est originaire de  la Flandre française, il  est Kabyle  et s'appelle Ramdam  ... (raffut  en" franc- kabyle"?)..

    Il s’entête à réclamer justice  contre  ce jugement  non respectueux du droit, dit il , qui l’a dépossédé de ce qui est le plus précieux à ses yeux,  à savoir ,l’avenir et la réussite de ses enfants.

    Les enfants sont devenus majeurs   maintenant, son combat n’a plus d’objet  direct  mais il veut  pour l’honneur que la justice reconnaisse  son erreur. Il s’entête , malgré les refus,  à  écrire   sa colère, à remuer  ciel et terre, à embarquer les médias  dans  son   combat  de David contre Goliath.Comme un  lion blessé il continue  à rugir.

    Ce tenace entêtement  me fait penser  à celui des « dissidents » face   à la puissance des machines à broyer les opposants  que sont les régimes totalitaires  et les dictatures .Vaclav Havel  dans un discours à l’académie des sciences  en 92 parle  de cet entêtement  que sous tend une  patiente espérance  . " Sans tirer sur l’herbe pour la faire grandir,  sans attendre   tout d’un lys qu’on n’a pas planté, il faut  être attentif  patiemment à ce qui pousse  d’humanité   autour de soi , à voir même chez les  bourreaux  car nul n’est totalement noir  ni incapable d’amendement ."

     

        « Nous serons  indélogeables

          Aussi têtus que le soleil  que rien n’empêche de se lever »

    Ainsi se termine  la chanson de Mumia (1) .Condamné  à mort  pour un meurtre d’un policier qu’il a toujours nié,  sa peine fut commué  en  perpétuité  dans l’état de Pennsylvanie. Il est en isolement  depuis 30 ans. Il est journaliste, militant des droits de la minorité noire  aux Etats unis  et  symbole  pour la communauté noire  et  les tenants de la liberté de par le monde. Voici le premier couplet d’un poème  d’après  la chanson de Mumia :(1)

    « Puisque la nuit même la plus  longue

    Finit un jour  par rendre grâce

    Puisque les geôles les plus obscures

    N’empêchent pas à la lumière de poindre

    Puisque chaque jour le soleil se lève

    N’en déplaise  aux ruminations de l’ombre

    Cause there ain’ta sweeter song

    Than a love song

    A song from us to you, mumia  

     (1) « A sad love song » 

         «  Puisque le lion même blessé se bat encore

             Nous serons là inlassablement

             Des centaines, des  milliers, des millions

             Et nous crierons et chanterons encore

             Et nos cris, nos larmes et nos chants

             Feront tomber les murailles  de Jéricho » 

          «Puisque la tendresse ne t’a jamais quitté

           Que le sourire de wadiya éclaire ton schéol

           Puisque le lion même blessé  avance encore

          Nous serons là indélogeables

          Aussi têtu que le soleil  que rien n’empêche de se lever » 

         Mumia ,thereain’t more joyful song

         than a love  song ...  n'en déplaise à Trump !.

    Cette note a été rédigée un premier Avril mais même publiée  15 jours plus tard , elle  n'a rien de drôle ,j'en conviens.