Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société

  • Jihad

    Islam et terrorisme

    N’en déplaise  à Manuel Vaels , j’essaye de comprendre.(1). Et vous ?

    Quelques  traits  communs   à ceux qui sèment la terreur  :

    -La jeunesse.

    -Ils sont  de  la deuxième  sinon la troisième génération  de jeunes issus de l’émigration.

    _ Une conversion à l’islam  récente et peu au fait de la religion et  de ses  pratiques..

    _-Fréquemment   ils ont vécu une période de petites délinquances..Mais finalement  « il n’y a pas de  profil social  et économique    des radicalisés. »

    Ainsi, On ne peut faire  du terrorisme la  simple conséquence d’un échec de l’intégration. Pas de liens  directs  non plus avec l’engagement pour la Palestine  ou d’autres causes internationales .« .Il nous reste » donc, dit Roy,  à analyser l’imaginaire des djiadistes.. »

    Le plus simple c’est de les écouter :

    -Ils évoquent  les atrocités commises par l’Occident contre les musulmans   sans  précision de lieu  et de dates mais c'est   suffisant pour  alimenter la haine..

    -Ils parlent  d’eux comme de héros vengeurs.et non  comme les stratèges d’une guerre sainte .

    - Mais  surtout  Ils disent aimer la mort.(2) et  croient  sincèrement  à leur réception au paradis.(3)

    Un radicalisme générationnel et révolutionnaire  qui date  déjà :

    De 60 à 90 :Ce fût  la   Bande à Bader,Action directe , fraction armée rouge,puis  révolution culturelle en Chine, les Kmers rouges, l'Irlande du Nord, le pays basque. etc.

    .l’extrême gauche et  aujourd’hui l’islamisme radical: sont  toutes deux générationelles.Il s’agit de supprimer la mémoire, de devenir maitre de vérité face aux parents, aux générations passées qu’ils accusent de compromission voir de lacheté. :..C’est une révolte radicale contre l’ordre du monde, sans compromis. dans un imaginaire  plus ou moins romantique, d’héroïsme,de sacrifice et de réalisation de soi .

    Conclusion d’Olivier Roy :

    Le terrorisme ne provient pas de la radicalisation de l’islam ,( de l’intégrisme salafiste par exemple, sans nier q’il progresse depuis 40 ans) mais  de l’islamisation de la radicalité. Reste à comprendre  comment les jeunes révoltés ont trouvé dans l’Islam le paradigme   de leur révolte .

     

    (1) Olivier Roy  m’aide à comprendre avec son ouvrage « le djihad et la mort »publié au seuil.

    (2) » J’aime la mort comme vous aimez la vie »disait Mohamed Merah .

    (3) La mort efface les péchés,, permet au martyr  d’intercéder pour sa famille et ses proches , le dispense  d’une pratique régulière de la  religion .

     

    Polyeucte

    Pauline décrit à Félix les chrétiens et la foi  « radicalisée »  de Polyeucte :

    « Le trépas n’est pour eux  ni honteux ni funeste.

    Ils cherchent la gloire à mépriser les dieux ;

    Aveugles pour la terre, ils aspirent aux cieux ;

    Et croyant que la mort  leur en ouvre la porte,

    Tourmentés, déchirés, assassinés, qu’importe.

    Les supplices leur sont ce qu’à nous  les plaisirs,

    Et les mènent au but où tendent leurs désirs

    La mort la plus infâme, ils l’appellent martyr ».(1)

    Peux t on  appliquer  ce regard  de Pauline  aux djiadistes  qui sèment la terreur aujourd’hui  dans le monde ?

    La réponse est oui et non !(voir ci dessous 2)

    (1) Polyeucte de Racine acte 3 scéne3.(2) La ville de Rome porte la marque  des destructions d’idoles  qui a duré  prés de 1000ans , du 5 éme siécle au 16 éme  avec la Renaissance, quand  l’antiquité a retrouvé sa valeur culturelle  et sa place dans la cité.

     

    (2)Oui et non.

    Oui   :  Polyeucte  détruit  les statues des dieux  païens   comme les partisans de Daech  le font à Palmyre. De la religion d’état, de l’idolâtrie  qui déifie l’empereur ,  il veut faire table rase  au mépris de sa propre vie. Comme les djiadistes, Polyeucte  est jeune et refuse tout compromis  avec le paganisme. Comme eux   il met sa vie en jeu et  croit  que le ciel  le récompensera. Comme eux il choisit le martyr plutôt  que de renoncer à sa foi.

    Non : Polyeucte  ne s’attaque pas à la vie des innocents. Il ne détruit que des idoles. Il ne sème pas la terreur  sinon  dans le cœur de ceux qui comme Pauline ou Félix  l’aiment  et voudraient lui épargner la mort. Il met sa vie en jeu  mais pas celle des autres,il ne tue pas des innocents(a),il   n’est en rien  nihiliste. Tandis que  les djihadistes se tuent  avec le monde qu’ils rejettent .La mort étant  au cœur de leur projet.

    Conclusion :

    -Si  le terrorisme était l’Islam qui se radicalisait , on pourrait se faire du souci, craindre  des  guerres  civiles généralisées  à répétition.  Il n’en est rien. Et c’est rassurant. Le terrorisme  djiadiste  est  au contraire une islamisation  du radicalisme  leur  capacité à nuire est limité  à une poignée  d’  individus radicalisés comme  le furent les  groupes  anarchistes des années 60. Une poignée.... et sans doute un peu plus, plus peut être..Ce n'est pas rassurant mais n'a rien d'une guerre de religion telle qu'on l'a connue au 16 éme siécle  en Europe.

    -(a)"Un homme ca s’empêche" disait Camus On ne tue pas des innocents surtout des enfants.Rien ne le justifie, RIEN   !