Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La face claire de la nuit

  • exil et nostalgie

    Exil et nostalgie

    « Au bord des fleuves de Babylone ,

    Nous étions  assis et nous pleurions,

    Nous souvenant de Sion. »  Ps 137

     

    « Au bord des fleuves

    De l’absence

    Aux Babylones  de l’oubli

    Aux terres désespérées

    L’amour est veuf » . Lerbret   chants du silence

    Je reçois  la revue  « vie nouvelle »  de mon syndicat de retraité  qui, sous la plume  de José Fort  crie son inquiétude   voir  son désespoir   face  à l’ année nouvelle  qui commence  sur notre planète . « L’amour est veuf » chante Lerbret. L’amour a perdu sa compagne  l’espérance. La  petite fille espérance   que chantait Péguy, serait  donc morte. Rien ne va plus sous « le porche de la deuxième vertu. »José  Fort  explique :

    « Le monde offre un triste spectacle, la recherche du profit à n’importe quel prix  quitte à dévaster la planète, l’exploitation des  richesses des  pays les plus pauvres…, une génération de dirigeants incapables  de dépasser leurs calculs mesquins et boutiquiers et de penser l’avenir, des menaces de plus en plus graves  contre la paix … ».

     J’exagère ?  Malheureusement  non ! ajoute José . «  Le monde apparait hors de contrôle ..Affirmer que le pire  est à craindre  ne relève pas d’une alarme déplacée …Il est urgent que les peuples  s’investissent  pour bloquer la course vers l’abime ….. Il souffle un vent mauvais sur le monde. Il est  temps de se poser et de construire  non des murs, non des arsenaux  mais un rempart pour la paix. 

    Il est donc encore temps  de bâtir ce rempart pour la paix , cela devient urgent :  Ce rempart , c’est La fraternité et une communauté  internationale  en ordre de marche .La fraternité  a besoin d’espérance pour  mettre  au travail les hommes de bonne volonté  et bâtir la paix sur la terre.