Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2014

nativité,la promesse d'un possible

incarnation,lumiére,noel,dela tourNativité 

 

«  Ils ont poussé la porte d’une étable  et découvert ahuris un bébé  couché dans une mangeoire .L’amour de Dieu  se révèle  à eux dans la fragilité  d’un nouveau né. Serait ce la promesse d’un possible …. ?  Serait ce   Une  folle espérance pour un monde plus juste… ?  Un monde où les richesses seraient partagées…. ?  Un monde  où chaque enfant aurait droit au respect ? …..  Oui ! Chaque fois que des gestes de solidarité se tissent, chaque fois que la haine fait place à  l’amour , c’est Noël, c’est  la promesse d’un possible !.(1)

 Chaque fois qu’un nouveau né  est accueilli avec tendresse même dans le plus grand dénuement, le froid, l’humidité, l' obscurité  d’une étable, la rusticité d’une mangeoire, c’est la promesse d’un possible qui se réalise.

La foi  des chrétiens ne repose pas sur un texte  révélé mais  sur  Jésus et  la lumière de l’évangile. Les peintres de la nativité (2)  ,notamment Georges de la Tour , font  de l’enfant  Jésus  une lumière qui  éclaire toute la crèche.Il devient la face claire de la nuit du monde. Dans le tableau de La Tour , La lumière du cierge  est cachée au creux d'une main mais semble s'échapper   de la mangeoire ou l’on a couché  l’enfant.Elle  rayonne sur tous les visages  comme si , ignorant les récits  de la nativité  de Luc et de Matthieu et l’émerveillement de simples bergers devant un pauvre nouveau né , elle voulait illustrer  le prologue de  l’évangile  de Saint Jean   . « Au commencement était le Verbe …et le Verbe était Dieu …En lui était la vie  et la vie était la lumière des hommes, et la lumière brille dans les ténèbres …Le Verbe  était la vraie lumière qui en venant dans le monde, illumine tout homme. »

Or  nous dit Moingt, (3) C’est la lumière de l’événement pascal  qui éclaire l’origine de Jésus et non une lumière  venue d’avant le  commencement du monde : Elle ne l’éclaire pas en trouant les profondeurs mystérieuses du temps  en deçà de sa naissance  et de ce commencement  mais en se réfléchissant ..en direction de la fin des temps, vers la  renaissance en Dieu de toute l’humanité.

La nativité est grosse de la  promesse d’un possible , d’une possible renaissance.L’histoire du Christ n’est pas achevée, elle continue en nous. La lumière de sa vérité  est encore à venir.

.Elle n' était qu' en germe dans le prologue de Jean, elle  se révélera dans l’épilogue de l’histoire,réalisation de la  promesse   d'un  possible .(4)

 

 

 (1)Message de la mission ouvriére   pour Noêl 2014

(2)  Mais aussi  : Balestra, Bartholoméo,Lorenzo,Giotto, deBray ,fra angélico, Lippi et bien d’autres notamment l’inconnu  qui a  photographié la scène  en médaillon ci-dessus où  l'enfant  couché sur la paille  rend éblouissant  de blancheur le voile de Marie sa mère .

(3) L’homme qui venait de Dieu    Joseph Moingt  le Cerf.

(4)La revue mensuelle " prions en eglise" de ce mois de Décembre met en couverture le tableau de Georges de La Tour  du musée des beaux arts de Rennes .Elle  l'imprime de nouveau  à la page 277  avec un commentaire  de Dominique Pierre  : Le visage du nouveau né reflète une lumière dont la source nous est cachée " En lui était la vie ,et la vie était la lumière du monde"(Jn 1/4)la robe couleur sang de la vierge  a quelque chose d'inquiétant  de même  que la façon qu'elle a de tenir son fils,comme si il ne lui appartenait  déjà plus.Dans ce nouveau né,est annoncé le drame de la passion mais aussi la lumière de la résurrection."