18/10/2014

Foucauld et le mariage stoicien

D’ Artémidore à François de Sales  par Foucauld.

 

 Voyez vous comme moi ci dessous  : Un petit éléphant porté par sa mère, tous deux immaculés,blancs comme neige ?

tla morale soi disant judéo chrétienne,les grecs aux premiers siécles apres,mariage et exualité

 

Faisant l’historique  de la conception  devenue « traditionnelle »  du  mariage, Michel Foucaud  tord le cou  à  l’opinion qui  attribue  son coté  « tradi »  à  l’héritage  judéo- chrétien. Il  évoque  les stoïciens  à la fin de l’empire  et notamment Artemidore. « Loin d’opposer paganisme et christianisme ,il soutient que les stoïciens  des deux premiers siècles de notre ère  inventèrent une éthique sexuelle  fondée sur la nécessité d’accomplir–les aphrodisia –Mais  que  les violences et les excès  devaient être maitrisée sous peine d’entrainer  le sujet vers sa destruction.(1) » Les pères de l’Église n'ont fait   qu'hériter de ce stoïcisme romain qui exalte "le mariage pour tous  les citoyens ",une sexualité vécue au profit exclusif  d’un modèle matrimonial  érigé en norme (1).

Douze siècles plus tard  dans son introduction à la vie dévote, François de Sales, évêque de Genève  prend  l’image de l’éléphant  non comme symbole de puissance  fantasmée :genre  Depardieu,Gabin ou Belmondo ou  même certains éléphants du p.s. Il le fait   pour  vanter les mérites de cet animal, sa sagesse conjugale, sa fidélité, sa maitrise  de soi.(2)Foucaud  s’amusait  de cet exemple  et  en amusait  ses étudiants , dit Blaise Duval. « Voila  donc de belles et honnêtes bêtes  qui ne connaissent  ni l’adultère ni la jalousie envers un rival et qui ne touchent plus leur conjoint  une fois qu’elle a été fécondée. Ainsi pourraient se conduire les humains  s’ils acceptaient de prendre  pour modèle de vertu et de courage  la merveilleuse  vie sexuelle des éléphants » (1)

Ce cours, commente Frédéric Gros, délivre sa leçon  avec une jubilation  contagieuse  et se lit comme une fable de la Fontaine .

Les chrétiens ont tort ,dit Jean Claude Guillebaud d’être embarrassé  à propos des prétendus tabous religieux que serinent les médias . La tradition évangélique  exalte la splendeur du corps , temple de l'Esprit  alors que Platon  n' y voyait déjà que le tombeau de l'âme.(3) , le synode sur la famille à Rome  donnera je l’espére   un nouvel éclairage sur ces questions.

 

(1)Subjectivité et vérité ,  Michel Foucault  , cours au collège de France   80-81. Propos commentés  par Blaise Duval , recueillis  par Nicolas Offenstadt  dossier du monde  le 9 Mai.

(2) « L’éléphant  n’est qu’une grosse bête ,mais la plus digne  qui vive sur la terre et qui a plus de sens ;Je veux vous dire un trait  de son honnêteté :  Il ne change jamais de femelle  et aime tendrement celle qu’il a choisie, avec laquelle néanmoins ll ne marie que de trois ans en trois ans ,et de cela pour 5 jours seulement  et si secrètement que jamais il n’est vu en cet acte ;mais il est bien vu pourtant le sixième jour ,auquel avant toutes choses  il va droit à quelque rivière  en laquelle il se  lave entièrement tout le corps ,sans vouloir retourner au troupeau ,qu’il ne soit auparavant  purifié. Ne sont ce pas de belles et honnêtes humeurs d’un tel animal, par lesquelles il invite  les mariés  à ne point demeurer  engagés d’affection aux voluptés  que selon leur vocation  ils auront exercés, mais icelle  passées de s’en laver le cœur … » François de Sales, Introduction à la vie dévote .Je connaissais les  emprunts de François de sales  à la vie des abeilles et des paons, j’ignorais  sa connaissance du roi de la jungle .En effet en Savoie  ,pas d’éléphants  depuis Hannibal au mont Cenis .D’où  François de sales  tenait il donc  ses observations ? Pinder   serait il  passé à Genève ?

(3) J. cl.Guillebaud .Bloc note  La vie n° 02863

 

 n.b. :"Se mettre à l'école de saint François de Sales (...) c'est être appelé à reconnaître que si l'amour de Dieu s'inscrit dans nos existences complexes, il y devient source d'intelligence et de discernement. Il n'éblouit pas, il éclaire. Il donne de comprendre, jour après jour, ce qui est le plus important."

Dagens

Mgr Claude Dagens cité par zénith