Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La face claire de la nuit

  • Radicalisation Bis

    Radicalisme bis

    Dans une note , le 16/1 de cette année J’avais  mis en opposition  le  radicalisme de la haine   véhiculé par Daesch et le radicalisme  de l’amour  prêché par Jésus .

    On parle maintenant  de radicalisation  comme si  des  hommes ou des femmes  durcissaient    leur  point de vue  dans une évolution  progressive   de  leur foi religieuse .Evolution  qui semblerait  inéluctable.  On oublie souvent  le sens de ce mot .Il vient de  "racine". Se radicalise celui qui prend les choses par la racine. « Les racines de  la souffrance  sociale »  disait Marx .Les mouvements salafistes   en ce sens ne sont pas radicaux. Ils ne parlent pas d’action  pour transformer les conditions sociales  qui génèrent l’injustice  et l’exclusion.

    « Si l’on a affaire à l’islamisation d’une révolte, il faut reconnaitre  qu’un tel processus  désamorce sa charge  subversive, la dé-radicalise en la fourvoyant  dans le fanatisme religieux  et la violence terroriste.. C’est donc une nouvelle radicalité qui est requise. Une critique radicale qui revendique de profondes transformations …pour mettre fin aux discriminations, exclusions et inégalités. »(1)

    Oui au radicalisme évangélique prêché par le Pape François (2), oui  aux mouvements radicaux qui combattent   la misère à la racine  et la corruption sous toutes ses formes, mouvements qui multiplient leurs actions  ces temps ci, en Europe , dans le monde et même en France .

    Non à la colère   même légitime quand elle vire  à la haine ,  mais non aussi à la stigmatisation de l’islam alors  que  « la majorité des musulmans de France  s’inscrit  dans un islam de plus en plus pluriel  ,voir de plus en plus sécularisé  et privatisé » (3)

     

     

    (1) Jacob Rogozinski   le monde du 5 Avril 2016.

    (2) « Dans les conditions actuelles de la société mondiale où il y a tant d’inégalités et où sont toujours plus nombreuses les personnes marginalisées, privées des droits humains  fondamentaux, …il y a un appel à la solidarité et  une option préférentielle pour les  plus pauvres. Cette option implique de tirer les conséquences  de la destination commune des biens de la terre ….Cette option est  aujourd’hui  une exigence éthique fondamentale … »   Voila une  option radicale ,si on  lit   bien cette encyclique .

    (3) Rachid Benzine   le monde  du 22 Avril 

     

    Samedi prochain  4 Juin, présentation de mon dernier livre "ici la mer est au Nord ", en librairie, à l'angle des rues Emery et Hocquet , prés de l'entrée du lycée Jean Bart  à Dunkerque.