Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La face claire de la nuit

  • les pas des lègions

    « Les pas des légions avaient marché pour lui …  Les voiles des bateaux pour lui s’étaient gonflés

    « Les pas d’Hannibal  avaient marché pour lui, Les  pas d’Alexandre avaient marché pour lui…

    « Il allait hériter d’un monde déjà fait  et pourtant il allait tout entier le refaire ».(1) 

    Le calendrier en fait foi, du moins en occident, il y a un avant et un après Jésus Christ.

    « Vous avez appris qu’il a été dit  aux anciens … eh bien, moi je vous dis ! » (2) Jésus  est héritier  d’un  ancien testament    et il allait   en établir  un nouveau. Il vient pour accomplir la loi  de Moise  et tout entier, radicalement,  l’approfondir,  l’intérioriser. « Moi je vous dis ».

    « Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : tu aimeras  ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh  bien moi je vous dis : aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être  vraiment  les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie  sur les justes et les injustes.

     L’évangile dans sa radicalité   a été , à l’origine  proclamé  dans la continuité  et dans la rupture  avec deux mondes : Les empires idolâtres du pouvoir   et  le décalogue du Sinai , « le monde païen et  le monde juif  de la tradition mosaïque » .Aujourd’hui  encore l’Evangile est rupture ,Il brise le cercle de fer où s’enferment les humains. : le cercle des peurs et des violences, de la morne résignation et des pouvoirs aveugles notamment celui de l’argent. L’Evangile est désordre  fondamental  par rapport à ce qui se présente comme  l’ordre nécessaire : l’idolâtrie de l’argent  et, il faut le dire ,  la  lourdeur  de la  religion chrétienne et de son vieil appareil.(2bis). Cet «  Evangile  sauvera l’église » , tel est le titre d’un ouvrage de Joseph Moingt .Un Evangile radical « pour un maximum en tout, pour aller jusqu’au bout, au plus fort, ne craindre ni l’étrange ni l’impossible, passer le seuil de toutes les peurs accumulées et risquer le tout pour le tout. ».(3)

    (1) Les tapisseries Charles Péguy.

    (2) Matthieu 5/ 38 à 48.

    (2bis) :Le christianisme dans son épaisseur historique  parait comme l’analogue  de ce que fut le judaïsme  au temps des premiers chrétiens.

    (3) La quatrième hypothèse  de Maurice Bellet  chez Desclée Debrouwer

    Les trois premiéres hypothéses  sont :

    1) Le christianisme disparait

    2)Le christianisme se dissout

    3) Le christianisme continue : Un pas à droite, un pas à gauche, en cahotant.

    4)La quatrième  hypothèse que je choisis, dit Bellet , c’est l’Evangile repris dans son abrupt , la foi sans la tranquillité de la croyance..Quelque chose meurt et nous ne savons pas  jusqu’ou cette mort descend en nous.

    « Un homme est venu parmi nous, un parmi tous les autres, et il lui fut donné de  traverser  l’impossible,  de transgresser l’évidence, l’évidence de la mort…. Cet homme c’est  nous, c’est moi c.’est toi et moi….Voici le temps de la pensée sans peur….Il est mort, nous l’avons tué .Quelques uns affirment qu’il est vivant C’est une foi par de la l’abîme, c’est le pas immense  qui franchit le val sombre de l’effondrement ».