Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

humour - Page 2

  • humour

    dieu et le rire,humour,charité sur loire,place de la concordeJe vous ai sélectionné quelques notes sur les 250 que j’ai publié depuis 5 ans sous différents chapitres et en cadeau anniversaire.

    Le premier chapitre  sera l’Humour, en sachant  que l’on rit rarement d’une blague connue. Je me contenterais  de  votre sourire poli .

     

    Rire

    Ne me demandez pas ce que  j’étais  allé faire à la Charité sur Loire. Je ne m’en souviens pas. Par contre je me souviens d’y  avoir manqué  cruellement de Charité. C’était en hiver, il y a bien longtemps, je cherchais ma route. J’ouvre ma vitre  droite  et interpelle  un passant.

    -Pardon monsieur, la route de Verzy, s’il vous plait ?

    Le  monsieur au chapeau s’arrête, se retourne et se retrouve les 4 fers en l’air.

    J’ai ri. Le trottoir était  couvert de verglas, la chute de cet homme  était  donc  logique, prévisible  et pas drôle du tout. De plus ,cet homme s’est fait  mal . Pourquoi  ai-je  éclaté de rire ? Je crois, analyse  Sibony ,que  c’est à cause d’une « différence vivace » ( 1) :

    - Un homme au chapeau, au long manteau noir , marche dignement avec une jolie canne à pommeau  d’ argent  à la main droite et attaché case  à la main gauche , et voila  que, par ma faute ,il  chute  et se retrouve à terre  ,   la canne dans le ruisseau (la faute à Rousseau), le chapeau  à terre ( la faute à Voltaire). La jouissance du rire serait elle de faire  place au mal ? Mon rire ce jour là a-t-il  élevé  le mal en spectacle ?(1bis)

    -Différence vivace  et soudaine  entre  la démarche digne, presque solennelle de  ce notable  et le grotesque  de sa position humiliante.

    -Différence vivace   entre le service demandé  qui appelait  la reconnaissance  et la gentillesse  et la  réponse  cruelle  et instantanée  de la chute ,décalage  entre  un service demandé  et une  sanction totalement imméritée .

    J’ai étouffé  mon rire fou, j’ai mis sous cape  mon fou- rire  pour ne pas humilier  l’homme au chapeau. Attentionné, Je lui ai  même demandé s’il ne s’était pas fait mal.

    Il a brossé  de la main son manteau taché, récupéré canne et chapeau et  joliment, s’est redressé et  m’a dit  ,en montrant avec sa canne  la direction demandée ,comme si de rien n’était : «  pour Verzy, vous allez tout droit, vous passez le pont sur la Loire et  sous la 4 voies et vous continuez. Apres Châteauneuf,  attention dans  les coteaux, ça glisse ».

    J’ai démarré après avoir dit merci et plus loin  le rire m’a rattrapé, un rire fou  qui m’a secoué les épaules jusqu’à la sortie du pont de  la Charité (la photo ci dessus  est celle  d'un pont quelque part en France,beau mais  pas  Charitable).J’ai du  m’arrêter pour « décharger la charge signifiante que  la chute du bonhomme  avait provoqué en moi (1bis).».Le fou rire  m’a fait   pleurer  au point que je ne  voyais plus la route  .Il m’a fallut  5 bonnes minutes pour sécher mes larmes  puis  reprendre mes esprits et la route de Verzy. La « différence vivace »(2) entre  mon attitude  peu charitable  et  la délicatesse de cet homme  qui a peine redressé de sa chute   sur le verglas   me prévient du danger  des coteaux de Châteauneuf  a fait rebondir mon fou rire. Bergson disait  que « l’on rit lorsqu’à la place du vivant  surgit le mort. On rit de n’être pas ce mort là ; C’est l’autre qui est mort (.mais pas pour de vrai,heureusement .) (1bis)Le bonhomme s’est relevé du trottoir où il avait chuté et je me suis rappelé ce que me racontait ma mère : « Quand un homme tombe, on rit. Quand un cheval tombe on dit «  pauvre bête »  (les maquignons eux   savent pourquoi on dit pauvre bête. Ils    savent  l’animal  « couronné »  bon pour l’équarrissage .Ma mère l’ignorait et  se  gaussait d’une différence vivace , entre  la pitié envers un simple  animal et le  rire peu charitable   que provoque la  chute d’un homme .(  Les 4 fers en l’air  devraient désigner le cheval   plutôt que le bonhomme ,mais  ainsi va la langue française)

    Il est une émission sur  w 9 qui  est censée nous faire rire  de chûtes successives  et cocasses. Elle porte bien son nom «à mourir de rire ».Elle m’a fait mourir d’ennui à entendre   un public  qui doit être  bien payé  pour rire  ainsi sur commande du spectacle affligeant de gens qui se font mal en tombant. Le rire est du coté du mal faire mais habituellement  il cherche un autre bien dans ce mal faire (1bis) .Dans cette émission de TV  rien de tel ; c’est  un rire bête et méchant, légèrement débile.

    Ais je  manqué de charité en riant  sur le pont de la Charité sur Loire ? Sans doute  alors même que je riais  d’avoir  provoqué  la chute  d’un homme  sur un trottoir verglacé. Mon  fou - rire  était  un rire fou, légèrement  cynique  face  à   un homme charmant   et digne qui m’avait renseigné  alors même que par  mes demandes de renseignement, je l’avais fait chuter. Un homme que j’avais fait tomber et  dont je riais alors qu’il  me mettait en garde  sur les dangers de verglas dans  les coteaux de Chateauneuf . Finalement  je riais de bon cœur et de  très mauvaise foi  face  à  un homme  bien  meilleur que moi .Je riais   d’une différence vivace ,entre  moi-même  et  mon cynisme  et   la noblesse de  l’homme  au grand cœur  qui s’était relevé dignement pour me renseigner.. 

     Mon rire était une « Suite de secousses ou je m’identifiais et me  désentifiais, une série de saccades où mon souffle coupé  rebondissais  sur sa coupure pour  se reprendre  un peu au-delà. Cycle jouissant  et productif de coupures redoublées »… «.Rire  en effet, c’est se perdre de vue et se retrouver une ou deux fois par seconde,  dans un rythme condensé. Souffle coupé qui se reprend aussitôt, qui   évoque une syncope  rattrapée ; une petite mort d’où l’on renait. Le rire nous aide à respirer bien qu’il puisse nous suffoquer ».(1)

    Heureusement le pont  sur la Loire était solide, il a résisté  aux secousses de mes épaules comme l’obélisque  jadis   secoué par le rire de mes oncles à la Concorde(2). Fini de rire, J’ai fait gaffe  après Châteauneuf  en montant sur le plateau. J’ai retrouvé bonne conscience en dépannant une voiture qui  avait glissé dans le fossé. En se tâtant bras et jambes, mon dépanné m’a remercié en riant d’être en vie  et de n’avoir rien de cassé. C’est fou ! Non ?

     

     (1) « Le rire est une cascade sonore par laquelle on reprend souffle après qu’il a été coupé par une différence vivace….Le rire  décharge  une curieuse charge signifiante  dont on a reçu le choc. »              Daniel  Sibony  le sens du rire  chez Odile Jacob.

    (1 bis) Le sens du rire .DB

     (2) Apres la guerre ,4 oncles  dans une conduite intérieure de grand confort  voient  leur neveu  paysan  en Brie  traverser    la place de la Concorde  à fond la caisse dans un nuage de fumée bleue, au volant  d’ une très vieille C6  sauvée de l’occupation et aménagée   en camionnette, le spectacle leur a parut  si cocasse  qu’ils ont du s’arrêter  un quart d’heure  pour rire en soulevant  bien haut leurs épaules. La différence vivace  entre leur situation confortable  dans l’industrie et  la condition de leur neveu  paysan  a suffit pour déclencher  un rire  bienveillant et inextinguible. L’obélisque a tenu. Les amortisseurs ont souffert.

     Les éditions Persée sortent mon dernier livre "Nouvelles forestiéres" sur mon nom d'auteur Louis Fernand Olbec. Commandez le chez votre libraire.A lire dés cet automne par jour de pluie, bien calé  au fond du fauteuil.(François)

     

     

    Le rire de Dieu

     

    Les dieux de l’antiquité grecque se marraient souvent. Ainsi lors des amours  d’Arès et d’Aphrodite (le dieu de la guerre et la déesse de l’amour) pris au piège  tendu par  Héphaïstos .Ce fût un immense éclat de rire des dieux de l’olympe appelé  à contempler la scène cocasse  des amoureux  prisonniers  d’une machine infernale  faite de tout un réseau de chaînes forgé par Héphaïstos ,mari trompé  et  dieu de la forge.(1)

    Ils sont  sympa  ces dieux, mais peut on les prendre au sérieux quand ils  font des farces  pareilles  et se tapent sur le ventre en se  riant d’un cocu  habile et magnifique ?

    Yahvé  est  un Dieu unique. Un Dieu unique ne rit pas. Ce qui n’empêche pas les rabbins juifs  d’avoir beaucoup d’humour (2).Je ne parle pas du rabbin  ultra orthodoxe  dont il faudrait   s’empresser de rire de peur  d’être obligé d’en pleurer, comme disait  Figaro (3)..

    Et le Dieu des chrétiens ? Ceux ci   croient aussi  comme juifs et musulmans  en l’unique  Dieu, mais  c’est un Dieu trinitaire qui en Jésus  a épousé l’humanité. Jésus  nous a révélé  une certaine « humanité de Dieu ». N’empêche qu’on voit mal  le ciel  où il siège avec le Père et l’Esprit   secoué par quelque éclat de rire moqueur  face à quelques  bêtises  des hommes ,fussent ils des élus. Le rire serait donc le propre de l’homme ?(4)  Jésus dans son humanité  a sans doute rit quand il a été affronté à des situations cocasses mais les évangiles n’en parlent pas, par contre, il ne manquait pas d’humour, un humour qui  désarmait ses opposants et  laissaient sans voix  les  agélates  (5) ses opposants, pharisiens, princes des prêtres et scribes. Ainsi quand il déjoue  le piège qu’ils lui tendent  au sujet de l’impôt  à payer ou pas à Caesar. 

    « Montrez-moi un denier. De qui porte t il l’effigie ? Et la légende ? »

    « De Caesar ! »

    « Eh bien ! Rendez à Caesar ce qui est à Caesar et à Dieu ce qui est à Dieu » ! Luc ch 20/20 à25

     ou Un autre piège face  à la femme adultère.

    « La loi  nous commande de  la lapider .Qu’en dis tu ? »

    « Que celui d’entrevous qui est sans péché, lui jette la première pierre ».

    « A ces mots, ils se retirèrent  un à un, à commencer par les plus vieux » .Jean ch8/1 à 11.

    . La vie est trop courte pour la passer à regretter ce qu’on n’a pas eu le courage de tenter

    a Christian is a Sad,  Sad  Christian”.

     

    (1)Odyssée VIII : «  Vers le seuil de bronze accouraient tous les dieux et d’abord  Poseidon, le maître de la terre, puis l’obligeant Hermès, puis Apollon, le roi à la longue portée ; les déesses, avec la pudeur de leur sexe demeuraient au logis. Sur le seuil, ils étaient debout ces immortels qui nous donnent les biens,  et   , du groupe  de ces bienheureux, montait un rire  inextinguible : Ah la belle œuvre d’art  de l’habile Héphaïstos. »

    (2) Cité par Daniel Sibony  dans «  le sens de l’humour » (odile Jacob): Un rabbin commande un costume  à Pâques  et il n’est pas encore fait pour la pentecôte.

     -« Dieu a mis 6 jours pour créer le monde et il te faut 6 semaines pour ce costume ?

    -«Regarde dans quel état est le monde et regarde mon costume ».

    Le costume est plus beau que le monde, œuvre de Dieu ; mais il est tellement plus dérisoire…Au passage, ce petit clin d’œil : il faut oser se comparer au Créateur. Oui ! si c’est drôle..

    (3 ) Beaumarchais

    (4)Cyril Anouna  présente sur France 4 « ces animaux qui nous font rire » et non encore  « ces hommes dont rient les animaux », Ça viendra peut être, juste retour des choses mais ce serait encore  dans le but de faire rire les téléspectateurs  et donc  encore, des humains. Il n’y a pas  de télé dans la jungle ni au zoo pour montrer  des  films  spéciaux où les animaux s’en donneraient à cœur joie  en  contemplant  les bêtises  des humains.

    (5) Voir note  de ce blog  au titre éponyme  du 7/12 /2012  Aux archives de «  la face claire de la nuit » .Les agélates :a-  privatif  et - gélatos   rire : ceux qui ne rient pas.

     

     

    Si vous  donnez naissance à des jumeaux, évitez de les appeler Moise et Jésus.

     

    bain moîse et Jésus.jpg