Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bonheur

  • arbre aux papillons 3

     

     

     ch 3 le bonheur comme moyen de la vie

    arbres aux papillonsbuddleia_pink_delight.jpg

     

     

    /. Dans les jardins ouvriers tout au long du canal c’est le mélange des cultures de la bambouseraie au plus humble alignement de poireaux. Les passants sont surpris par des parfums exotiques. La méditerranée s’invite avec ses figues et ses cougourdes. Elles poussent le long  du haut mur du cimetière à l’abri des vents du Nord. Turcs, portugais et magrébins font les mêmes gestes pour tirer l’eau du canal à plein seaux quand la pluie se fait désirer, ce qui arrive parfois chez les chtis.

    Gilbert avec le « collectif de l’union » pense au quartier de demain et à la place pour loger les gens du coin dans le futur ensemble, sans oublier jardins, promenade et emploi. Avec l’insistance de Micheline, directeurs et directrices d’écoles privées ou publiques accueillent des enfants de familles bosniaques et font briller leurs yeux d’émerveillement.(3bis)  Sous la friche en travaux maintenant les locaux d’un club de foot pas ordinaire : un club qui gagne mais qui ne se prend pas la tête comme l’explique Farid son entraîneur, un club où l’on joue pour le plaisir et la beauté du jeu, un club qui « assure » tout en exigeant des jeunes qu’ils prennent au sérieux leur avenir. Portant le même nom que ce club plein de jeunesse, une résidence de personnes isolées et bien âgées, «  port d’esprits parfois naufragés ». Il se trouve là un personnel admirable de dévouement épaulé par des bénévoles qui prennent le temps de leur rendre visite ou qui, comme Claude, les aide à célébrer l’espérance.

    Le bonheur n‘a pas déserté le quartier mais il n‘est pas le fruit du seul développement des sciences, il a sa source dans le cœur des gens, leur désir de vivre, leur joie de  partager la simplicité des échanges. C’est ainsi qu’il est vécu au quotidien. Pour les gens de la rue, « le bonheur n’est pas le but mais le moyen de la vie. » (4)

    (3bis) Le premier jour d'école , un enfant  bosniaque pleure . -

    "Pourquoi pleure tu ?

    "C'est trop beau"!

    (4) Claudel correspondance