Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la kénose

  • Un Dieu inaccompli

    dernier homme,dieu,la kénose,la fin de l'humanité,du monde 

     

    UN DIEU « INACCOMPLI"

     

    « Aux jours où l’on entendra le 7 éme ange, quand il commencera de sonner de sa trompette, alors sera l’accomplissement du mystère de Dieu »(1). Mettre au futur l’accomplissement du mystère de Dieu, c’est nettement signifier qu’il est aujourd’hui un Dieu « inaccompli » .Christoph Théobald précise les choses en ajoutant : « Dieu est inaccompli tant que le dernier homme n’a pas entendu le mot heureux », n’a pas reçu « une invitation au banquet du Seigneur ».

    « Le dernier homme peut s’entendre de deux manières, ajoute Théobald:

    -le dernier, l’ultime dans une série ; on anticipe alors la fin des temps.

    -le dernier au sens social du terme, dans une hiérarchie sociale ; c’est le tout petit, le plus petit, le tout dernier. »(2)

    -Le dernier homme, celui qui éteindra la lumière et fermera la porte à la fin des temps, est il déjà né ? C’est possible ! Le professeur Jacquard qui vient de nous quitter a peut être la réponse à son questionnement ,ne donnait t’il pas comme titre inquiétant à son dernier livre : « le compte à rebours est il commencé?» chez Stock ?

    Pour le chrétien,’’ la trompette du 7 éme ange’’ n’annonce pas la fin tragique du monde mais l’accomplissement du mystère de Dieu et les béatitudes. Heureux donc ce dernier homme et tous ceux, dont nous sommes, qui sont nés avant lui, il est comme nous et avec nous invité au festin du royaume(3).

    -Le dernier homme ,c’est aussi aujourd’hui « le tout petit, le plus petit, le tout dernier ». . Toute la bible nous révèle que Dieu entend son cri. « Si l’émigré crie vers moi, j’écouterai son cri comme j’ai entendu le cri d’Israël quand il était émigré en Egypte ». (4)

    Mais ce Dieu que la bible dit à l’écoute, comment a-t-il pu ne pas entendre le mauvais procès fait à Jésus ? Comment a-t-il pu le laisser condamner ? Comment a-t-il pu se taire tandis qu’on le mettait à mort ? Cet homme Jésus est « passé en faisant le bien », il a été à l’écoute du cri des hommes : le cri de l’aveugle Bartimée à la sortie de Jéricho, le cri des 10 lépreux exclus de la cité ; or, voici qu’avant de mourir, il a crié lui-même tragiquement sur la croix : « Mon dieu pourquoi m’as-tu abandonné » ? Paul n’a-t-il pas raison de parler du scandale de la croix ?

    La réponse à cette question compliquée est pourtant d’une évidente simplicité, Dieu ne pouvait entendre le cri de détresse de Jésus puisqu’il était cloué avec lui sur la croix. Avec Jésus, c’est en quelque sorte la trinité entière Père, fils et Esprit que l’on crucifie.

    Wiesel dans son livre « Nuit » raconte qu’un jour à Auschwitz devant tout le camp rassemblé, les SS pendaient un adolescent. Le supplice n’en finissait pas tant le jeune se débattait au bout de la corde, c’était tragiquement insupportable. Il entendit quelqu’un dire « où est Dieu ? »Alors une voix intérieure lui a répondu : « Dieu est là, il est au bout de la corde ».

    Wiesel découvre l’ ‘’abaissement de Dieu’’ ; serait ce déjà l’intuition de la kénose dont parle Paul ? (5)Le Dieu ‘’ inaccompli ‘’ n’est pas seulement celui qui écoute paternellement du haut du ciel le cri des hommes mais celui qui s’identifie à celui qui souffre et à son peuple martyrisé. Jésus a dit cela autrement en s’identifiant au dernier des hommes, à celui que la faim et la soif tenaille, à ceux qui sont malades ou en prison « ce que vous faites aux plus petits de vos frères, c’est à moi que vous le faites»(6).

    Tous les hommes jusqu’au dernier sont invités au banquet , aux ‘’ noces de l’Agneau’’ : « heureux les invités au repas du Seigneur ». C’est ainsi que le mystère de Dieu s’accomplira pleinement. En attendant que la trompette du  septième ange signe cette « complétude » en sifflant la fin de la récréation, voici que des hommes venus des pays de la faim, de la guerre, de la misère s’invitent à notre table. Par vagues successives, ils se noient en méditerranée ou ils se heurtent à Calais au rivage de la mer du Nord .

    . Ces hommes  s’invitent à la table de l’humanité sans y être vraiment les bienvenus. Par dérision le film de Lioret qui se situe dans cette histoire s’appelle « Welcome » .Des humanitaires dévoués les nourrissent, dehors, sur les quais, comme on nourrit les mouettes. L’état traite comme des insurgés et des hors la loi ces hommes et ces femmes admirables qui  sont solidaires,dorment mal dans leur lit  en pensant à ceux qui dorment dehors,  mangent de mauvais appétit en pensant à ceux que la faim tenaille. Qu’ils soient croyants ou non, ces militants bénévoles  ont entendu l’appel du  "dernier homme » sur leur chemin d’humanité, l’appel au bonheur, leur désir de trouver un lieu pour vivre en paix.(7) Qu’ils soient croyants ou non, ils ne trouveront de repos que lorsque le ‘’dernier homme et le dernier des hommes auront entendu le mot heureux’’. Alors sera l’accomplissement du mystère de Dieu.

     

     

    Le tweet du pape François  : "Dieu ne se Révèle pas dans la force  ou dans la puissance ,mais dans la faiblesse et la fragilité d'un nouveau né".Joyeux NoËL

     

     

     

    dernier homme,dieu,la kénose,la fin de l'humanité,du monde

     

     

    1) Apocalypse ch. 10 / 7Matthieu  et ch 24  v 34 à 44 lu Dimanche dernier premier de l'Avent.

    2)Présences d’Evangile chistoph Théobald , Conclusion. Ed de l’atelier

    3) « Heureux qui prendra part au repas de noces dans le Royaume de Dieu » Luc ch. 14 / 15

    4) exode ch.3 / 7 et 8.

    5) Philippiens ch.2/8

    6)Matthieu ch.25/40

    7)En 2050 ,nous serons 9 milliards d’invités à la table de la croissance. Énorme défi à relever qui « nous obligera à revoir le principe et le contenu de la croissance à l’occidentale »dixit Thérèse Lebrun et Michel Falise dans leur livre ‘’ Acteurs dans un monde en mutation ‘’ éd de l’atelier.

     

     

    M