Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2013

mourir pour des papiers

 

Peut-on mourir pour des papiers ?  se demande le MRAP de Lille  dans un communiqué  du 28 Décembre :

«L’état de santé extrêmement dégradé des grévistes exige une intervention immédiate. Apres 60 jours de conflit les grévistes de la faim  du CS 59 sont  trop investis pour se satisfaire de simples promesses. L’absence d’espoir conduira au drame. »(1) La lutte de ces hommes  est  le combat de désespérés, être sourd à leurs cris, c’est céder  à la peur de l’émigré qui  traîne  encore dans  les têtes d’une  opinion mal éclairée.

Or, une peur  d’invasion  ne se justifie pas : « Les flux migratoires  vers les pays développés, disent les statistiques du cardinal  Véglio, se sont ralentis ces dernières années,par un effet de la crise qui les  rend moins attractifs . Ainsi au Royaume uni, le nombre  de réfugiés est tombé de   505000  en 2008 à 400.000 en 2011.(2). A Dunkerque  nous pouvons témoigner de cette diminution des candidats. Les campements de réfugiés  se sont en partie vidés. De 150 à 10 à Grande Synthe ,de 120 à 80 à Téteghem  ,de 90 à quelques unités à Loon- plage et à Gravelines.(3)La France est loin d’être le pays le plus accueillant .Avant elle, dans les pays développés  il y a  les Etats unis, La fédération de Russie, l’Allemagne, l’Arabie saoudite, le Canada .(2)

Dispersés  aux quatre coins des départements du Nord et du Pas de Calais par décision préfectorale, les sans papiers  en grève de la faim avec le CS 59 ont été accueillis   par les comités locaux du MRAP qui ont trouvé  facilement des lieux  chauffés  pour le jour et pour la nuit. Des gens qui mettent en jeu leur vie  pour ne pas avoir à retourner   dans leur pays d’origine  et y affronter  la misére et souvent la persécution, la prison ou la mort   inspirent la commisération et le respect. Ainsi sur un seul coup de fil les portes de la solidarité  se sont ouvertes. « Pas de problème, je vous attends demain à 8h30, je le prends sur moi »Et le lendemain, lits et couvertures étaient prêts dans une salle chauffée. Bravo !

A leur retour à Lille, que s’est il passé dans l’Eglise St Maurice pour qu’une plainte en dégradation  ait  été déposée ? Vu  leur faiblesse   au départ de Dunkerque, cela m’étonnerait  beaucoup qu’ils aient eu la force  comme les sans culotte en 89 de démolir les statues. « Reconnaitre  que la décision de quitter leur pays », dit Laurent Dognin évêque à Bordeaux à l’occasion de la journée mondiale des migrants(4) « est d’abord un désir de vivre  parfois même de survivre pour les réfugiés. » Survivre, telle est devenue effectivement la question (5).....

Bonne année 2013 a tous ceux  qui  doivent leur survie à l'asile d'un pays d'accueil ou au bon accueil d'un pays d'asile .

 

 

(1) Communiqué du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples. Comité de Lille.

(2) Pew research centre, faith on the Move (2012).International organization for migration .

(3)Ces réfugiés  venaient quasiment tous de pays en guerre : Les premiers étaient des européens, des kosovars  et d’autres  pays des  Balkans  suite au démantèlement de l’ex-Yougoslavie.  Vinrent ensuite des Kurdes  qui fuyaient  la dictature  sanglante de Saddam Hussein, des tchétchènes  puis des irakiens et des iraniens  et enfin des afghâns et des érythréens. Presque tous  en transit vers l’Angleterre.

(4) Journée mondiale des migrants et des réfugiés, le 13 Janvier 2013

(5)"Nous soussigné personnel médical interpellons solenellement  la préfecture du Nord afin qu'une réponse positive soit donnée  aux revendications des grêvistes....Nous avons pris connaissance  du rapport du professeur Roland et de deux de ses collégues. Il met en évidence  une perte de poids conséquente,une chute de la tension artérielle,et divers autres symptomes spécifiques aux personnes concernées.La grêve de la faim a de maniére évidente commencé a avoir des répercussions physiologiques graves...."

 

Écrire un commentaire