Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cataracte

Cataracte

 

Cataracte ! Bonne nouvelle , pour mon anniversaire , J’ai retrouvé mes yeux de 20 ans. « Très bien » m’a dit  hier  le docteur Koyangbo  Gnixpingo ,un excellent   Ophtalmo  qui opère  à l’ hôpital  de Dunkerque. Oui ! très bien. Je retrouve les couleurs oubliées  du printemps et les indices d’une révélation inouïe. Il y a quatre ans sous  ce titre INDICES ,  je publiais une note sur les prémices de la foi . Elle  prend une nouvelle jeunesse avec mes yeux  dessillés  comme ceux de l’aveugle  après  lavage  à Siloé.

Indices

En l’absence de preuves irréfutables  comme   du criminel qui  serait pris sur le fait, couteau à la main, le  policier pour se  forger une conviction, commence par réunir des indices. Il en va de même   pour appréhender  l’existence de Dieu. Pas de preuves irréfutables, si non  la foi ne serait plus la foi, elle  deviendrait  une certitude banale. Saint Augustin  disait  que ces indices sont contenus dans deux livres .Celui de la Révélation, la Bible, et celui de la nature.

Pour commencer par les  indices  diffus dans l’univers, s’ils étaient des preuves, tous les humains   seraient   amenés à  la même conclusion, à savoir  comme disait Voltaire qu’il n’y a pas d’horloge sans horloger pour le construire  et le faire tourner.

La recherche non de preuves donc   mais  d’indices suppose   qu’on  se déplace  et ouvre les yeux avec l’envie de trouver. Qu’on fasse enquête à la recherche  "d'indices pensables".

Se mettre à la recherche d’indices pour  appréhender  Dieu,  c’est  désirer la rencontre  avec Celui dont  on a  pressenti   la présence, c’est déjà en quelque sorte  l’avoir trouvé. Pascal  faisait dire à Dieu : « Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais   déjà trouvé ».

Le livre de la nature  nous parle de son  Auteur, disait Saint Augustin .Il nous parle  beaucoup mieux aujourd’hui  qu’au 5 éme siècle dans son infinité.

-Infiniment grand et complexe avec ses   150 milliards de galaxies  de plusieurs milliards d’étoiles, alors qu’a son époque, la terre était perçue comme plate  éclairée  par les lumières d' astres  quasiment immobiles .

-Infiniment  petit  avec les recherches   en  nanoscience et technologie  et les découvertes  de particules  dont on  n’avait pas idée  jadis.

-Infiniment beau. Le cristal de neige au microscope qui émerveillait Jacques Loew, la terre  vue d’en haut, d'un satellite, les astres au télescope, certaines photos reproduites  avec  art  d’une beauté à vous couper le souffle, un lever  ou un coucher de soleil sur le mont Cassel,  ,une anémone soufrée dans une jolie combe ,les oiseaux de Braque  etc.….

-Infiniment complexe .Si complexe que les épistémologues distingués ,pour l’appréhender,  appliquent de manière onéreuse «  la triangulation systémique »   dans tous les domaines de la vie.

Tout ceci n’est pas une preuve de l’existence de Dieu mais un indice, un "indice pensable"    qui   nous oriente  vers  la  grandeur infinie d’un Être  suprême, beau et grand.

  - Le livre de  la nature nous parle de son Auteur , disait St Augustin   .Comme de son temps  il nous  parle  aussi des humains,  nos semblables. Un Autre indice  donc dans la recherche, c'est l’homme  que la genèse  affirme    être fait à l’image de Dieu.

-L’homme capable  d’aimer, image de son Auteur ?

Voila un indice  qui nous met sur le chemin d’un Dieu d’amour.

-L’homme  capable de se projeter dans l’avenir ?

Indice   d’un Dieu d’espérance qui a des projets  pour l’humanité.

-L’homme  en recherche de sens ?

Indice d’un Dieu qui se laisse trouver pour  éclairer  l’homme de l’intérieur..  

Puis vient la rencontre .On n’est plus dans la recherche de preuves ni d’indices .On passe dans  une démarche de foi. Saint Augustin raconte le retard  qu’il a pris  pour  cette rencontre : 

Vous étiez au-dedans de moi, Seigneur  et moi j’étais dehors. Puis vous m’avez   touché Seigneur  et je brûle du désir  de votre paix ».

 Ainsi ,après  la recherche des indices, au-delà de toute preuve,  un jour , il y a la rencontre. Si elle tarde, c’est sans doute   que   nous sommes absents à nous même. Nous sommes dehors à courir le monde  alors qu’il est en nous. Intimor intimo méo.

Après la rencontre (ou avant), on peut ouvrir le deuxième livre,  la bible en deux testaments. Elle nous met en lien avec  des  expériences  de rencontre  de Dieu ,des alléluia, des chants de  chercheurs de Dieu, des  gens merveilleux qui tutoient les anges, des faiseurs de béatitude ,mais aussi des crapules ,  repentantes  ou non.

Ouvrez donc le Livre , lisez le avec des  amis ,débattez et les" indices" deviendront "pensables" et chemin de foi..

 

                                                                                            

 

Les commentaires sont fermés.