Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 4

  • pauvres statues

    Pauvres statues ! Les idoles du temps jadis.

    o fruit envolé de l'érable

    Ton futur est un autrefois"   René Char

    L’état islamique  et  les  inconditionnels de Dieu  démolissent  des statues  de grande valeur archéologique et artistique  à Mossoul. Ils les considèrent comme des idoles détestables. Les  islamistes  du désert à Tombouctou  démolissaient  les mausolées.  Avant eux, les talibans, en Afghanistan,  avaient fait sauter  les grands Bouddhas à la dynamite.

    Je ne suis allé qu’une fois à Rome ; mon regard est superficiel sans doute  mais j’ai  été frappé  de  constater  avec quel dédain  la chrétienté  avait  pendant mille ans, tourné le dos  aux dieux antiques. En gros, Du 6 éme au 16 éme siècle. (1)

    Corneille   a mis en scène  un jeune chrétien nommé Polyeucte, gendre de Félix  un commissaire impérial  dans une période de persécution à Rome. Polyeucte  défie les idoles  et veux les renverser au péril de sa vie malgré l’amour de Pauline  sa femme qui craint le pire.

    Voici la scéne VI  de l’acte II :

    Néarque  J’abhorre  les faux dieux

    Polyeuc                                   Et moi je les déteste.

                                           

    Néarque  je tiens leur culte impie

     

    Polyeucte                               Et je le tiens funeste

                                               

    Néarque  Fuyez donc leurs autels,

    Polyeucte                              Je les veux  renverser

                                                                                                               Et mourir dans leur temple, ou les y  terrasser…

    …allons, mon cher Néarque, allons aux yeux des hommes

    Braver l’idolâtrie, et montrer qui nous sommes …

    …Ne perdons plus de temps, le sacrifice est prêt :

    Allons  du vrai Dieu  soutenir l’intérêt ;

    Allons fouler au pied ce foudre ridicule

    Dont arme un bois pourri ce peuple trop crédule ;

    Allons en éclairer l’aveuglement fatal ;

    Allons briser ces dieux  de pierre et de métal (2)

     

    Pauvres statues ! Pauvres idoles du temps jadis !

     

    Contre ce qu’ils appelaient l’obscurantisme, les lumières  ont  conduit les révolutionnaires  de 89  à démolir  les cloitres, dégrader  les façades des cathédrales, décapiter les  saints, désailer  les anges. Pour eux, il n’était pas question  de lutter contre l’idolâtrie et les faux dieux mais  contre  l’Église   liée  de trop prés au pouvoir monarchique .   Heureusement pour les amateurs  de vielles pierres , roman et  gothique , la terreur passée ,ils se sont calmés.Que serait Paris sans Notre Dame ?

    "Double vaisseau de charge aux deux rives de Seine...

    Nos pères l'ont comblé d’une si longue peine

    Depuis mille et mille ans que tu viens à la lame

    Que nulle cargaison n'est si lourde à la rame

    Et que nul bâtiment n'a la panse aussi pleine". Charles Péguy

     

    Pauvres statues ! Pauvres idoles du temps jadis ! que de manchots, que de  cul de jatte  ,que de troncs sans tête , que de  jambes sans  pieds , sans queues  ni têtes ..

    Après la chute de l’empire soviétique, on a vu  nombre de statues de Staline et Lénine  déboulonnées .Ce n’étaient pas des  idoles au sens propre  mais  au pays de l’athéisme militant, leur statues  n 'avaient  elles pas pour mission  de   remplacer  la dévotion interdite par une certaine idolâtrie de l'histoire ? Leur démolition  avec celui du rideau de fer  et du mur de Berlin engageait   un nouvel ordre des choses. Sartres lui même sans tourner sa veste  a perdu sa boussole .Il a  perdu  le pole    de l'histoire  .Vers qui allait il  tourner Son fauteuil ? (2 bis) 

    Face à ces géants de ferraille  les polonais  ont érigé  à Swiebotzin ,une statue  du Christ-roi  plus grande que celle de Rio. Trente six mètres , 440 tonnes. La couronne  dorée de ce Christ roi  a trois mètres de haut .Je croyais que le Christ s’était  assimilé aux petits.En Pologne , le voici Géant. Mais toute grande qu’elle soit, cette statue n’est pas une idole , on la vénère là-bas mais on ne l’adore pas .Les picards  eux non plus ,ne mettent pas un genou  à terre  dans les crottes de pigeon du parvis chaque fois qu’ils passent devant la statue du beau Dieu d’Amiens. Ces  statues  du christ  font mémoire d’un homme qui a  mis en route une ère nouvelle, une alliance  d’éternité, un royaume  de frères  et soulevé une immense espérance avec la bonne nouvelle de son évangile. Elles se dressent   comme la  mémoire  du doux  prophète de Galilée ;  rappel  et non totem , souvenir et non idole .On a le droit de sourire  de ces 440 tonnes , forme de triomphalisme ; tout en reconnaissant  que les chrétiens de ce pays méritent  le respect . Leurs dissidents  ont  gagné  courageusement  leur  liberté .

    Je voudrais  conclure mon discours  avec l’humour du psaume 115 .Il démonte les idoles sans barre à mine et sans explosif, mieux que Polyeucte , les djiadistes  et  les révolutionnaires de 89 .

    Pourquoi les nations disent elles : « où donc est leur Dieu ? ».

    Notre Dieu est dans les cieux.

    Leurs idoles  sont d’argent et d’or, faites de main d’homme.

    Elles ont une bouche et ne parlent pas ;

    Elles ont des yeux et ne voient pas ;

    Elles ont des oreilles et n’entendent pas ;

    Elles ont un nez et ne sentent pas ;

    Des mains et ne palpent pas ;

    Des pieds et ne marchent pas ;

    Elles ne tirent aucun son de leur gosier ;

    Que leurs auteurs  leur ressemblent,

    Et tous ceux qui comptent sur elles.

    Fils d’Israël,  comptez sur le Seigneur (3)

    Voyez ce qui vous reste à faire   si vous ne voulez pas ressembler  aux idoles,devenir muets,sourds , aveugles et paralysés.

    D'autre part , évitez de dire à tout propos : J'adoooore ! N'oubliez pas le premier article du décalogue ( Exode ch 20/ versets 2 à 4 .ci dessous  (3).

     

    (1)"Les bras m"en tombent" , dit la Vénus de Milo,"j"en perds la tête" ,dit la victoire de Samothrace.Que d'estropiés  dans la statuaire antique !

    (2) Polyeucte de Corneille  Acte II scène VI.

    (2 bis) Allusion a une cruelle remarque de Camus .

    (3)""C'est moi le Seigneur ton Dieu qui t'ait fait sortir du pays d'Egypte, de la maison de servitude .Tu n'auras pas d'autres dieux face à moi  Tu ne te feras pas d'idoles ni rien qui ait la forme de ce qui se trouve au ciel la haut , sur terre ici bas, ou dans les eaux sous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux et tu ne les serviras pas car c'est moi le Seigneur ton Dieu " exode  ch 20/ 2 à 4.