Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

terrorisme

  • radicalisme

    Radicalisme

    Analyser les causes du radicalisme et du terrorisme, c’est déjà trouver des excuses(1). Or il n’y a pas d’excuse à cette violence. » C’est ce qu’aurait dit Manuel Vaels notre premier ministre .Hier ist kein warum ?

    .Cela me rappelle la réflexion d’un travailleur après 6 semaines d’un conflit surchauffé et la menace sérieuse d’une faillite de l’entreprise , Je lui disais : « il faut réfléchir à quelque sortie possible du conflit. Il faut savoir terminer une grève. Il m’a répondu, « si on réfléchit, on perd ».Ils ont refusé de réfléchir et ils ont perdus, la boîte a fermé.
    En danger, l’autruche enfouit la tête dans le sable, Les occidentaux seraient ils tentés par cette forme de politique. Auraient ils de la difficulté à regarder les choses en face, à les analyser pour mieux les comprendre et , trouver les moyens d’en sortir ?
    La réponse sécuritaire, non sans danger d’ailleurs pour les libertés, est sans doute nécessaire mais insuffisante. Protéger les citoyens de la folie meurtrière nécessite bien entendu des mesures concrètes mais ne supprime pas la source de la violence. Hier ist kein warum ? Ici pas de pourquoi ?S'interroger sur les causes  de la violence terroriste  serait  déjà  trouver des excuses à la violence ? . Ici pas de pourquoi  et donc pas d'excuses. N'en déplaise à Manuel   j''essaye de comprendre , il est nécessaire de comprendre :
    La haine meurtrière est souvent la réponse amère et violente de gens qui se sentent mal aimés. Elle nait du mépris affiché ou même simplement supposé  : Source polluée , elle remplit de fiel et d’amertume le cœur du méprisé..
    A un radicalisme de la haine, Jésus a répondu par un radicalisme de l’amour. (2)Un radicalisme choquant , utopique même .Voici  que deux mille ans après( 2015 ans exactement) cette utopie  est vécue quotidiennement par des femmes et des hommes qui font passer la vie des autres avant la leur On a tous le souvenir du bon sourire du moine survivant de Thibérine (3), les ONG qui œuvrent à l’internationale dans des zones de conflit regorgent de militants prêts à risquer leur vie pour venir en aide aux autres.
    Pour tarir la source de la haine, il faudra , en plus de ces témoins héroïques de l’Amour ,que les musulmans de France ne se sentent pas des citoyens de seconde zone. Ils sont quasiment unanimes, après les attentas de Paris, à condamner la violence dont ils sont les premières victimes. C’est une première étape. Il nous faut entamer une autre étape dans le dialogue pour qu’advienne un respect réciproque dans l’acceptation de nos différences .Il nous faut revisiter comment est écrite et enseignée l’histoire de France, et restaurer l’image des colonisés d’hier .Il nous faut accepter sans tabou et dans le respect de la laïcité à la française , l’échange et le débat sur le fait religieux . Ne pas limiter les analyses aux seules problèmes sociaux, certes importants, vu les discriminations supposées ou réelles à l’emploi,mais prendre en compte la culture de gens qui viennent d’ailleurs, mettre en valeur leurs richesses : musique, littérature, théâtre, cinéma, chants et danses, fêtes (religieuses ou non) et même cuisine et habillement etc.
    Le chemin vers un vivre ensemble dans une France plurielle, sera long et c’est pour cela qu’il ne faut pas tarder à s’y aventurer.

     

     

     

    (1)Cité par Marcel Gauchet , interviewé le 11 Janvier sur France Inter.
    (2) « Vous avez appris qu’il a été dit : « œil pour œil, dent pour dent »Et moi je vous dit de ne pas résister au méchant. Au contraire, si quelqu’un te gifle sur la joue droite ,tends lui aussi l’autre. A qui veut te conduire au juge pour prendre ta tunique, laisse aussi ton manteau ».Matt ch5/ 38à42.

    (3) Xavier Beauvois dit que c'est la bonté  que révèle le sourire de ce moine  qui l'a décidé il y a 5 ans  à  faire son film  "des hommes et des dieux".