Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vélo

  • le vélo

    carême,frugalité,vélo,planéte,énergie fossile,sobriétè,évêquebEn hommage  à tous ceux qui ont sorti le vélo pour  le printemps,voici une réédition d'une note ancienne  et toujours actuelle  qui invite à la simplicité.

    Rouler en vélo, « un art de vivre » de très « grande frugalité ». « Frugalis » étant inusité en latin sauf au superlatif , « frugi » trop sobre pour un cycliste français, rouler en vélo, serait donc une démarche de type « frugalissimus ».En vélo, à cheval , en omnibus ,sur la route ou chez soi, « la frugalité , nous dit l’évêque Pascal, est  un art de vivre qui considère que les ressources de notre planète ne sont ni inépuisables ni à la disposition exclusive de quelques nations privilégiées .Au cœur de la crise que nous traversons, la frugalité ouvre des chemins de liberté et de partage où l’homme retrouve toute sa place » (1).Le carême ? Quarante jours pour expérimenter une frugalité qui serait pour l’homme synonyme de «  liberté, de partage et de conversion». Rouler en vélo serait il donc une façon « frugale »et vertueuse de faire carême aujourd’hui ? Pascal n’en dit mot dans son « mandement », il se contente d’évoquer « les transports en commun ». Se souviendrait il encore de l’époque où du coté de l’évêché, le vélo suscitait de grandes réserves ? Voir en note ci - dessous une lettre de l’évêque du Mans à un de ses curés au sujet du vélo, elle vaut son pesant d’or. C’était il y a un siècle. Le vélo qui était à peine toléré alors, serait-il devenu aujourd’hui un instrument de vie spirituelle, chemin de liberté par le biais d’une « grande frugalité » ? (2).  Le jeûne que je veux, dit l’évêque Pascal, c’est la «  frugalité » ! Celle du cycliste est remarquable (frugalissimus) et se conjugue avec la sobriété (frugi) au moins du coté dépense d’énergie fossile (3).Si cette note vous a convaincu, sortez donc votre pompe pour gonfler les pneus « bien trop vieux » de votre bécane. Resserrez- en « la selle en dentelle », «  les écrous bien trop mous », « la chaîne incertaine » et «  les roulements en flottement »(4), puis,  vogue la galère ! Quand les cloches de Pâques couvriront le bruit de votre sonnette « trop fluette » et de  « vos pignons trop grognons », si vous n’êtes pas   « cyclocondriaque », vous pourrez avec les grands et les petits cyclistes, tous « frugalissimes », chanter Alléluia avec Gaston Ouvrard, David Miet, Haendel, Jean Sébastien et tous les bons chrétiens.

     

    1) Mandement de carême de Mgr Pascal Delannoy. Eglise de Lille 1er Mars 2009.

    (2) Evêché du Mans. Janvier 1905. Monsieur l’abbé, Je vous autorise pour cette année 1905 à user de votre bicyclette mais seulement aux conditions suivantes :

    a) Vous ne devrez vous en servir que strictement pour les besoins de votre ministère. Les fidèles n’accepteraient pas que vous usiez de cet instrument de luxe pour des promenades ou des parties de plaisir.

    b) Vous ne devrez jamais vous en servir en traversant les bourgs, encore moins les villes. Vous paraitriez alors provoquer imprudemment l’opinion publique qui, surtout dans les temps actuels, accepte mal ce genre de locomotion.

    c) Vous aurez soin d’aller toujours à une vitesse très modérée. Quel scandale vous provoqueriez, quelles responsabilités vous assumeriez, quelle peine enfin vous éprouveriez si, par une vitesse exagérée, vous veniez à subir ou à causer un accident et surtout un accident mortel.

    d) Vous n’userez que d’un instrument sur lequel vous puissiez, en conservant votre soutane, observer toujours une tenue extérieure absolument convenable…. etc.…

    (3) Les voitures les plus sobres, celles qui roulent avec des systèmes mixtes, électricité et essence en appoint ne rivaliseront jamais en frugalité avec l’énergie du mollet.

    (4) « J’ai la selle en dentelle, le guidon en coton, mes pédales s’font la malle et les pneus bien trop vieux, les écrous un peu mous, mes pignons sont grognons, les maillons bien trop longs, J’ai la chaîne incertaine et mes axes sont furax, les roulements en flottement, la sonnette trop fluette. Ah ! Mon Dieu qu’c’est embêtant d’être cyclocondriaque ! Ah mon Dieu qu’c’est embêtant je n’suis pas bien roulant». Slam de David Miet . « Je n’suis pas bien roulant » sur l’air de « Je n’suis pas bien portant » de Gaston Ouvrard.